ELLE FRANCE
UNE FAMILLE INIMITABLE
Donald Sutherland: A Cannes « Spies » Avec Francine Racette, une autre aventure.
May 1970
MARIE POLIAKOFF


100R-372-033

Le père, la mère, l'enfant. Un bonheur qui n'a rien de naif : Donald Sutherland et Francine Racette se sont rencontrés au hasard des studios canadiens. Il est de Toronto, elle vient de Montréal. « Mash » a fait de lui une énorme ve­dette américaine. Elle vient de se révéler dans le film suisse, « Les Vilaines Manières» . Ils devaient fuir à Bornéo, tourner avec Schoendoerffer. Francine Racette enceinte et des milliers de kilomètres de solitude. Alors, à Los Angeles, ils ont appris la méthode de la « naissance naturelle ». Et, il y a trois mois, ils sont partis ensemble en taxi juu'à la clinique. En salle de travail, allongé près d'elle, Donald massait le dos de Francine. Cinq heures plus tard, le bébé naissait : Donald Sutherland le mettait lui‑même au monde et le retournait vers le sein de sa mère. Un jus d'orange. Un court sommeil. Et Francine, Donald et le bébé repartaient chez eux comme ils étaient venus. Le bébé a un beau nom viril, Roeg. Il habite -avec ses parents‑ un bungalow où flânent tous les bohèmes de Hollywood. Mais dès le Festival terminé, Donald et Francine viendront, en France, chercher une ferme dans l'Ardèche. Une chaumière et trois coeurs. C'est bien une histoire d'amour.