Max
American History X
May 1999
By William Finnegan
Mary Ellen Mary


225P-063-006
Tim Malone et Chris Runge, members des NLR (Nazis Low Riders).

Le lieu : Antelope Valley, anden desert transformé en immense lotissement, pres de Los Angeles. L'histoire: des jeunes livrés a eux-mëmes s'affrontent sans pitié. Les protagonistes : deux gangs de skinheads. Los « UR », fascinés par l'idéologie nazie ei les « Sharps », anhi-racistes mais tout aussi violents. Hélas, rien de,tos exceptionnel dans le monde des banlieues propres et tristes. Une histoire américaine presque ordinaire.


225P-146-009
Les Sharps(skinheads Against Racial Prejudice) a Antelope Valley, au Nord di Los Angeles.
Beaucoup de skinheads antiracists s'indignent de l'image desastreuse que donnent d'eux les skins neo-nazis. Les Sharps font plus que s;indigner. Ce sont des combatants des rues, determines a maintenir la tradition skin antoraciste per la force s'il le faut. Johnny Suttle (a gaucvhe) justifie le meurtre d'un neo-nazi lors d'une fete Sharp en ces termes: << il la cherche. Il n'aurait pas du venir. Il n'etait invite.>>


225P-048-010
Tim Malone fait le salut de son club, les Nazis Low Riders.
Tim a grandi dans un quartier a dominante noire d'East Los Angeles ou, a l'age de 10 ans, il a rejoint une branche de Crips, vaste gang compose principalement de Noirs. Ce n'est que plus tard qu'il s'est découvert une vocation pour la suprématie blanche et qu'avec ses deux freres, il est devenu un skinhead raciste. A Antelope Valley, les NLR agressent régulierement les Noirs qu'ils croisent dans la rue. Neanmoins, leurs ennemis jurés sont les Sharps. Jeff, le frere ainé de Tim, a été tue par un Sharp.


225P-125-005
Johnny Suttle, théoricien passionné des Sharps, moitie mexicain, moitie blanc.
Au ceur du mouvemeilt : la loyauté envers sa classe sociale, sa ville natale, son quartier, son equipe de foot, sa nationalité. Si un skinhead japonais ou chinois decide de tabasser un etranger, « il ne fait que défendre son pays. Or I'Amerique n'est pas un pays da Blancs. C'est un melting-pot. Et c'est ce que nous, Sharps, défendons. »


225P-136-010
Christina Fava, des Sharps, aver son petit ami Darius Houston.
Sa liaison avec Darius a perturbé so famille car il est métis. Un de ses oncles a fait de la prison, oü il a rejoint la Aryan Brotherhood, un gang de prisonniers blancs redouté dans tous les établissements des Etats-Unis. Quand cette photo a ete prise, Darius se cachait aprés avoir tue un skinhead raciste. Les amis et la famille du jeune homme mort ayant publiquement crié vengeance, Christina se trouvait également en grave danger.


225T-043-014
Darius Houston un Sharp convaincu.
Orphelin métis élevé dans une banlieue blanche, Darius s'est toujours étranger. II a découvert a travers la culture skinhead une esihetique et un mode de vie prets a l'emploi, exotiques mais étrangement confortables. Malheureusement, la confrontation avec les skins néo-nazis l'a contraint a se battre depuis sa plus tendre enfance. Lors d'une bagarre, il a tue Jeff Malone, (le frere de Tim - photo de droite), un skin raciste. La police a conclu a la legitime defense mais Darius a compris que pour sa propre sécurité, il lui fallait quitter Antelope Valley. Il s'est récemment engage dans l'US Navy.


225P-018-014
Tim Malone des Nazis Low Riders.
Tim se décrit plutöt comme « un Soldat membre des troupes de choc da la Gestapo... que comme un politique. Un type prêt a faire la guerre. » Il ajoute: « II va y avoir une guerre raciale aux alentours de l'an 2000», dit-il en faisant le célébre signe de gang W, pour White Power (Pouvoir blanc). Tim dit de ses ennemis, les Sharps antiracistes: « La plupart sont des tapettes. Un tas de petits bourges qui préfèrent trainer avec les Noire parce qu'lls ontpeur de se battre avec. » Tim a dit tout cela avant que son fröre ne soit tue par un Sharp, Darius Houston (photo de gauche).


225P-066-022
Jaxon Stines, a gauche et Chris Runge, des Nazis Low Riders.
Jaxon, qui a fait de la prison pour avoir tire sur des Noirs, affirme: « Je m'estime moins ignorant que la plupart des racists. » Chris ajoute: « Les gens ne comprennent pas ce qu'est je nazisme. Ils croient que ca se resume a Hitler. En fait, c'est une société sans classes ou il n'y aurait plus de sans-abri, ou les usines tourneraient et ou tout le monde aurait sa place. Comme uns machine, un robot. La democratie, ca ne marche pas »


225P-112-015
Mindy Turner, ancienne NLR, et Jaxon Stines qui fait toujours partie du gang.
Ses heros sont John Lennon et Charles Manson. Elle a d'abord été une « hesher », fan de heavy metal, fumeuse d'herbe. Puis elle est devenue hippie, fan de reggae, fumeuse d'herbe. Puis elle a voulu etre juive mais ca lui demandait trop de travail. Elle a préfere rejoindre les Mormons. Tout cela avant de devenir, a l'äge de 14 ans, accro a la Crystal Metamphélamune et nazie. A 16 ans, elle a renonce au racisme mais reste ambigue.

Autrefois, les studios de cinéma faisaient le voyage de Hollywood jusqu'à Antelope Valley, au nord de Los Angeles, pour filmer des scènes de westerns. C'était le désert absolu, un paysage vierge. Et puis, dans les années 80, Los Angeles s'est agrandie vers le nord. Antelope Valley s'est transformée en banlieue moderne. Soudain, quatre cent mille personnes y habitaient.

Je me suis rendu sur place pour comprendre comment des jeunes pouvaient vivre dans une ville sortie de nulle part. La communauté que j'ai rencontrée a la gueule de bois. L'économie d'après‑guerre de la Californie du Sud reposait principalement sur l'industrie militaire et la fin de la Guerre Froide provoqua une dépression économique locale. Au début des années 90, plus de cinq cent mille emplois ont été supprimés dans la région. Antelope Valley fut particulièrement touchée. Les valeurs foncières se sont écroulées comme le système éducatif. Les familles les plus modestes ont perdu leur logement à une vitesse effroyable.

Les conséquences de tous ces bouleversements ont té dramatiques pour la jeunesse de la vallée : le pourcentage d'enfants maltraités est monté en flèche, la criminalité juvénile a çqOiéja, quantité de filles‑mères et l'échec scolaire ont commence a etre comparables a ceux des ghettos des grandes villes americaines. La drogue, la violence et les gangs sont devenus des problèmes sociaux majeurs. Le plus étrange est que tout ceci s'est déroulé dans un monde de piscines, de rues propres et de maisons à cinq chambres au style méditerranéen, flambant neuves.

Il y a une dimension raciale à cette crise. Les habitants d'Antelope Valley sont en grande majorité blancs. Beaucoup d'entre eux ont quitté des quartiers citadins au moment du phénomène dit de « l'exode blanc». Mais il y a aussi des milliers de familles issues de minorités ethniques, Noirs ou Mexicains venus à Antelope Valley pour échapper aux grandes villes. Et comme le statut économique de nombreuses familles blanches est en déclin, et que cette communauté garde souvent le souvenir inconscient de la discrimination raciale et de ses privilèges, elle a vu d'un mauvais oeil la prospérité toute neuve de ses voisins non blancs. Et la colère ressentie par quelques Blancs à propos de cette situation s'est exprimée à travers ses enfants, en particulier avec la formation de violents gangs de skinheads racistes.

Le gang le plus craint d'Antelope Valley s'appelle les Nazis Low Riders. Presque tous adolescents, les skinheads racistes du NLR sont responsables d'une longue série de crimes. Trois d'entre eux ont tiré à coups de fusil à pompe sur une voiture conduite par des Noirs devant la Antelope Valley High School, blessant un bébé. D'autres ont agressé à coups de tournevis un étudiant noir sur le terrain de football de l'école. Le gang a bien évidemment terrorisé la région, et la communauté n'a pas été en mesure de mettre fin à ses exactions par manque de cohérence et de foi en  ses institutions.

Les NLR que j'ai rencontrés n'ont pas caché leur racisme. Ils portent des croix gammées sur leurs vêtements, et d'autres tatouées sur le corps, écoutent de la musique raciste et se saluent dans la rue d'un bras tendu. Beaucoup d'entre eux, ages meme de 12 ans, ont fait, de la prison, la plupart sont issus de familles a problemes. Mais pas tous. J’ai par exemple longtemps discute avec Jaxon Stines, age de 18 ans, qui vit avec ses parents dans une grande maison avec un toit en baie vitree. Sa mere, une diplomee d’anthropologie aux idees de gauche, n’arrive pas a comprendre comment son fils a pu devenir raciste.

D’ou vient l’ideologie des NLR? De la musique, d’Internet, de detenus rencontres en prison, de la literature haineuse produite par les organisations traditionnelles revendiquant la suprematie blanche comme le Ku-Klux-Klan. Et aussi, dans certains cas, de leurs parents.

Evidemment, tous les skinheads ne sont pas racists. Certains sont meme des militants anti racists. Les Sharps (Skinheads Against Racial Prejudice), entre autres, sont implantes dans de nombreux pays. Ils affirment etre les veritables skins, descendants directs de la culture ouvriere britannique de la fin des annees 90, a Antelope Valley, les Sharps locaux ont mene une guerre civile contre les skinheads racists. groupe multiracial de Blancs, Noirs, Asiatiques  et Mexicains, les Sharps que j’ai rencontres aiment la musique ska, la biere, les scooters Vespa, les boots Dr Marten’s et les polos fred Perry. Meme si beaucoup d’entre eux sont pris, comme leurs ennemis, dans la meme spirale descendante – manqué d’opportunites, communante en peril, familles separees – la response des Sharps a ete non pas de s’en prendre aux victims traditionnelles de l’Amerique (les Noirs), mais de se creer un refuge avec une sous-culture qui leur est prore et a laquelle ils vouent une passion.

Mon guide a travers les meandres de cette guerre des gangs skinheads etait Mindy Turner, une jeune fille de 17 ans qui s’est trouvee coincee entre les deux feux. Apres deux ans au NLR, Mindy venait de quitter la bande et a cherche la protection des Sharps. Mais les Sharps lui ont refuse leur aide, notamment parce qu’elle etait restee la petite amie de Jaxon Stines, toujours member de NLR. C’est a ce moment-la que j’ai rencontre Mindy, vulnerable et ecartelee entre deux gangs.

La lutte entre les Shaarps et le NLR a attaint son point culminant une nuit tragique, lors d’une fete tenu dans une maison parfaitement anonyme de Antelope Valley. Il y avait eu beaucoup de bagarres entre les deux groups. Celle-ci s’est averee fatale, lorsqu’un Sharp du nom de Darius Houston planta un couteau dans le Coeur d’un NLR de 19 ans, Jeff Malone. Jeff est mort avant d’arriver a l’hopital. Darius n’a pas ete juge pour crime. Quand j’ai interroge le procureur local charge de l’enquete sur la mort de Jeff, il me donna son sentiment sur les gangs: “Qu’on les enferme tous ensemble et qu’on condamne les survivants.” C’etait, je pense, une epitaph sur mesure pour tous les jeunes d’Antelope Valley abandonnes par le monde des adultes.

William Finnegan
(journaliste a l’hebdomadaire americain The New Yorker)
Traduction: Nikola Acin

END